J’aurais voulu être un artiste

these 7 hacks will make you jailbreak like a proios 9.3 jailbreak5 tips for best of class jailbreaking

femina-hebdoJean-François Réant, un adepte du surdimensionnel et de la contorsion.

A l’école quand j’étais petit…je n’avais pas beaucoup d’amis … qui m’appelaient autrement que « l’artiste ».
Dans ces conditions, sa voie était toute tracée. Jean-François Réant a la plastique de l’artiste. Cheveux et idées dans le vent, il est disert, pour ne pas dire dithyrambique, dès qu’il aime quelque chose. L’homme, la trentaine, a plus de projets en tête que de bougies sur son gâteau d’anniversaire.Ce qui le fait vibrer?« J’aime transformer les choses», explique- t-il, accoudé sur un bureau, aux pieds en PVC contorsionnés par ses soins.Depuis sa plus tendre enfance, Jean-François Réant a eu un parcours atypique. Conduisant sa vie à bride abattue.

Beaux-Arts
Il se lance dans l’étude de l’art graphique à Saint-Luc, en Belgique à l’âge de 14 ans. Et à 16 et demi aux Beaux-Arts. Deux écoles qu’il quittera par la petite porte, mais qui reconnaîtront par la suite son talent. Déserteur à l’armée, il termine son service militaire comme … responsable d’un journal.
Des incidents de parcours qui ne l’empêcheront pas d’aborder au mieux son activité professionnelle.
Quelques petits boulots plus tard, qui le conduisent sur les chemins lillois, parisiens et touquettois, Jean-François Réant prend en effet le taureau par les cornes. Et décide de s’installer à son compte. Il y a cinq ans, il crée son entreprise à Lille. Sans pour autant faire cavalier seul, puisqu’il travaille à ce jour avec trois salariés.

Vitrines
Cet « artiste professionnel » choisit en effet de travailler l’art monumental et le surdimensionne. Son créneau ? La publicité et l’événementiel. Un talent certain, combiné à quelques profiteuses rencon tres, font qu’il donne naissance aussi bien à des bâches trompe-l’oeil qu’aux décors de vitrines. La parfumerie Soleil d’Or à Lille a ainsi eu recours à ses services, ainsi que la chaîne Promod, pour laquelle il a agencé la devanture de 300 magasins. Parmi ses réalisations : un gigantesque calendrier de l’Avent, présenté à la fin de l’année dernière. Mais dès qu’il le peut, JeanFrançois Réant retourne à ses premières amours, dans son atelier du Vieux-Lille. A son four (acheté dans un vie il hôpital et qui cohabite sans problème avec un équipement informatique à la pointe de la technologie), pour chauffer et contorsionner des tubes de PVC, remplis de béton et de résine.

« Quand le PVC est souple, je le tors avec les mains, avec les genoux … « . Pour donner des formes presque androgynes à des tables, des statues, des luminaires … « Chacun y retrouve ce qu’il veut. Sensualité. Ou modernité… ».
Emmanuel CRAPET

– Article paru dans Fémina hebdo, avril 1998 –