Portraits d’artisans de chez nous

and so news websiteessay writing servicecombined with news media from the web

artisan

lls sont capables d’innovation, de dynamisme, de qualité, de modernisation de leur entreprise.

Quand on dit artisan, le plus souvent c’est l’image du savetier de la fable qui vient à l’esprit. Une image sympathique de l’ouvrage bien fait, de la relation directe entre le professionnel et l’artisan, de la dimension humaine de l’entreprise. Mais aussi il faut bien le dire une image un peu nostalgique, voire même passéiste condamnée à plus ou moins court terme. Or l’artisan, de nos jours, est un chef d’entreprise, confronté à des problèmes de gestion, de marketing, de prévisionnel.
Souvent, il a du personnel ; il doit suivre attentivement l’évolution de la législation, remplir des tas de formulaires administratifs, être rigoureux dans sa comptabilité. Et, surtout, il doit anticiper les besoins du marché, innover, se montrer dynamique et… le faire savoir ! Pourquoi ne pas participer à des concours et, bien sûr, s’y distinguer? C’est ce qui vient d’arriver à quelques artisans de la région.

ils sont chefs d’entreprise et viennent de remporter le « Trophées de la dynamique artisanale » décernés par la Société de caution mutuelle des artisans (SOCAMA), section nord de la France. Voici les portraits de quelques-uns de ces artisans.
Jean-François Réant est-il décorateur, artiste ou étalagiste ? Une chose est sûre : il s’occupe aussi bien de l’intérieur des vitrines que des façades des magasins, et va même parfois jusqu’à créer un évènement dans la rue. Installé à Lille, on lui doit plusieurs décors de la façade du « Soleil d’or », sur la Grand’place. Il a aussi quelques belles références dans l’ameublement en kit de vitrines de chaînes de magasins ou èe franch ises. Il veut à la fois offrir à ses clients la conception, la fabrication et la distribution « d’évènements publicitaires ».

Ebénisterie
Jean-Marie Roux, lui, succède, en 1988, à son père à la tête de l’ébénisterie installée à Alette, près de Montreuil-sur-Mer. Sa spécialité : le meuble en bois massif, sur mesure et sur commande d’un particulier. Son premier atout: le service.
« Les gens aiment qu ‘on discute avec eux, qu ‘0n les conseille en f0nction de leur intérieur. Il y a aussi bien le retraité qui veut changer tout son mobilier que le jeune qui commence par acheter un buffet et reviendra deux ans plus tard pour la table et les chaises ». Jean-Marie a commencé seul ; dix ans après, il a onze salariés, fabrique douze salles à manger par mois, a trois mois de délai et trois semaines de rendez-vous sur son agenda.

Etanchéité
André Picard crée, en 1984, son entreprise : « Picard étanchéité » Son activité : la conception et le conseil à l’industrie en systèmes d’étanchéité pour des solutions sur mesure.
L’entreprise compte désormais 18 personnes dont l’épouse d’André puis, depuis 1992, leur fils Fredéric. Elle usine elle-même maintenant ses pièces en matériaux composites, en élastomère ou plastique.

« Nous sommes capables de faire sur mesure, en quatre jours, des pièces pour un gros vérin hydraulique dont les normes ne sont pas connues, des bagues pour laminoir dont l’arrêt coûte 1 MF le quart d’heure, des roues de wagons de chemin de fer, des joints pour les grandes pales d’un barrage EDF, etc… »

Jean-Luc Druelle, lui, est boucher-charcutier à La Chapelle d’ Armentières, un commerce repris en 1980. Il achete lui-même ses bêtes sur pied aux éleveurs avec lesquels il discute des prix ; Il conduit en personne fes animaux sélectionnés à l’abattoir d’Hazebrouck. La traçabilité, cela fait belle lurette qu’il la pratique !
« Nous ne sommes pas plus chers que les grandes surfaces ; nos produits sont éprouvés et de qualité. Pas de conservateur ni de sous-vide chez nous, tout est frais et vendu dans les deux ou trois jours qui suivent la fabrication »
Dans la marbrerie Sansone toute la famille s’est investie. Joseph, le père l’a créée en 1958, à Mouvaux ; les fils, Joseph et François, gérants des établissements de Mouvaux et de Yalencien’nes, ont repris l’affaire en 1984 ; Evefyne tient la comptabilité, la gestion et la vente par teléphone ; David s’occupe du commercial et de la vente par correspondance aux concessionnaires; Marie-Christine tient le ,magasin ; Damien est à la fabrication …
Au total, 32 salariés maintenant et une innovation incessante : le premier catalogue de vente par correspondance dans ce secteur, une collection de vases funéraires, une activité d’aménagement des cimetières, la création de columbariums, etc..
La sodété Leschacve, à Lomme, est elle aussi familiale : fondée par le grandpère dans les années 50, elle est spécialisée dans la surteinture de vêtements déjà confectionnés.
Elle se diversifie maintenant dans le nettoyage de tapis et également dans celui des cuirs et peaux. Les investissements ne cessent de se succéder pour faire face aux demandeset maintenir un degré de qualité exigeant.
Tant d’autres portraits pourraient venir compléter la galerie …

Paul Froissard

– Article paru dans Dimanche découverte, octobre 1998 –