J.F Réant Avec lui, Contor-Pression est né !

eccelsoImpossible pour celles et ceux qui sont allés à Art Up en février dernier à Lille, ne pas avoir été interpellé par les objets usuels hyper colorées et contor-pressés du lillois
Jean-François Réant. L’artiste/designer y a d’ailleurs provoqué de vrais chocs émotionnels qui pourraient lancer une carrière d’ici peu.

Ludique et à la fois tellement sérieux
Rendez-vous est pris dans l’atelier de l’artiste, rien de tel pour comprendre le travail au-delà de l’objet fini. Le cheveu hirsute, les yeux bleus délavés, l’allure hyper décontractée, Jean-François Réant a déjà bien roulé sa bosse et ça se sent. Chef d’entreprise depuis plus de vingt ans, le quadra s’est amusé à concevoir et à fabriquer des décors de vitrine pour des boutiques prestigieuses mais également pour des enseignes de la grande distribution. Habitué à jouer avec la matière (bois, métal, plastique, sable, polystyrène…), il n’est donc pas étonnant qu’il ait développé son art autour de la maîtrise, de la contorsion et de la pression du tube PVC ! A lui de rebondir  » je souhaitais être
précurseur et innovant dans la manière de travailler une matière. Le tube est doux, harmonieux, sensuel… comme le corps d’une femme. En le chauffant, il devient malléable et prend la forme que je lui impose ». En réinterprétant les objets du quotidien (chaise, table, lampe, tabouret, fourchette…), il rend l’art accessible et joyeux. C’est d’ailleurs une remarque qui lui sera souvent répétée à Art Up. Le plus beau compliment qu’il saisira lors du salon vient d’un simple visiteur qui lance en pénétrant sur son stand « ici, ça ne se prend pas au sérieux mais on sent que c’est hyper sérieux ».

La maîtrise du geste et de la matière
La simplicité des sculptures créées par JFR cache comme très souvent beaucoup de technicité et d’apprivoisement du geste, d’habilité, de créativité… Quand vous comprenez que les tubes PVC utilisés pour les canalisations sont la matière brute, vous assimilez aussitôt que les 20 années écoulées depuis le premier objet créé par le designer ont servi à mûrir, remettre en question le process… pour arriver enfin aujourd’hui à une technique parfaitement maîtrisée. Sans écorner le secret de fabrication, on peut en tout cas affirmer qu’il s’agit bien de matière chauffée au point de devenir une pâte à modeler. L’artiste joue ensuite rapidement avec la forme, la contorsionne et la presse pour la laisser sécher. Pièce unique (pas de moulage bien évidemment pour préserver le geste aléatoire), elle sera ensuite passée en cabine pour être couverte d’une peinture métallisée, laquée, vernie… Le choix des couleurs pop est une constante. L’esthète aime que ça pète, que l’objet soit perçu de façon ludique, qu’il se détache de son environnement… Entre art et design, les créations de JFR plaisent et promettent d’être très bientôt en ligne de mire de galeries de renom.

L’avenir nous le dira…
Son univers tonique et original inspiré du monde industriel a marqué les esprits dont celui très affûté d’Alain Berthéas / Galerie Berthéas les Tournesols à Saint-Etienne et à Vichy. Ce grand monsieur et son épouse Claudie, sont reconnus pour présenter de manière permanente les grandes signatures de l’Art Contemporain de la scène internationale, mais également pour soutenir et financer la production de jeunes artistes émergents. Au moment de notre entrevue, JFR m’annonce la venue imminente de l’agent d’artiste dans son atelier… Les choses se précipitent aujourd’hui alors que l’artiste a mis entre parenthèses son travail pendant des années. En 2012, il décide de s’y consacrer à 100%. Son amie Guylaine Fry / Galerie Emeraude au Touquet avait alors recommandé son travail à Didier Vesse / directeur d’Art Up. Ce dernier lui proposera d’installer son “Love Tree” à l’entrée du salon 2013, une sculpture blanche géante symbolisant deux arbres enlacés sur laquelle chaque visiteur est invité à venir poser sa signature. L’installation rencontre un joli succès. En févier dernier, JFR tenait son propre stand… En deux mois, beaucoup de choses se sont passées qui laissent penser que cet acteur du “pop art moderne” est promis à un bel avenir. C’est ce qu’on lui souhaite très sincèrement.

Exposition annoncée en septembre 2014 dans son show-room situé au 1, rue Princesse à Lille. Actualité de l’artiste à suivre sur sa page FB « Jean-François Réant ».

Par Emmanuelle Morice

– Article paru dans Eccelso, 2014 –